Formations

« Se sentir efficace et accompagné »

Au premier janvier 2020, tous les établissements devront transformer leurs instances Représentatives en CSE (à partir de 11 salariés en ETP - droit privé et enseignants). Les changements imposés par les « ordonnances Macron » doivent être décryptés. Beaucoup d’entre vous nous interrogent. Nous avions répondu par les deux formations de 2018 et 2019. C’est encore le moment de se former pour alimenter ce nouveau CSE ou pour mieux préparer les élections en cours avant le 31 décembre. Les rôles des DS ou des RSS sont plus que jamais importants. Enfin.. la qualité de vie au travail est un sujet prégnant dans nos établissements. Il vaut mieux prévenir le stress, la maladie, le burn out que de les « guérir »…

Voici les formations organisées par le syndicat FEP-CFDT Ain Rhône en 2019-2020 :


Jeudi 10 et vendredi 11 octobre 2019: IRP et CSE (Instance Représentatives du Personnel – le nouveau Comité Social et Economique)

Objectifs :

  • Comprendre le rôle des IRP, dans le contexte d’évolution de la Loi.
  • Connaître le milieu professionnel (droit public et droit privé) ; La Convention collective « EPNL » des personnels, …

URGENT : la demande de formation doit être transmise avant le 10 septembre (par voie hiérarchique – Télécharger le modèle de lettre).
De plus, n'oubliez pas de nous envoyer le formulaire à télécharger ici.


Jeudi 7 novembre 2019 DS-RSS (Délégué Syndical et Responsable de Section Syndicale)

Objectifs :

  • Identifier : le rôle, les missions et attributions
  • Connaître les points de négociations
  • Consulter, organiser, construire une négociation, agir et communiquer

Suite des deux jours de formation en avril 2019. Journée bilan et approfondissement à partir d’un questionnaire préparatoire.


Février 2020 : QVT (Qualité de Vie au Travail)

Objectifs :

  • Connaître Le DUER (Document Unique d’Evaluation des Risques - obligatoire dans toutes les entreprises/associations) : Qu’est-ce c'est ? Comment y intégrer les Risques Psycho-Sociaux (RPS) ?
  • Analyser les RPS en amont : quelle méthode ?
  • Connaître et mettre en œuvre les prérogatives du CSE dans la santé au travail ; démarche d’action de prévention du stress et des RPS au travail

Travaux issus du pôle QVT des syndicats enseignement privé du territoire Rhône Alpes. Le pôle est animé par le syndicat FEP-CFDT Ain Rhône.


 Si vous souhaitez vous informer sur les autres formations organisées par la CFDT, n'hésitez pas à nous contacter.

Newsletter du syndicat

Pour recevoir nos actualités, merci de renseigner les champs suivants.

appel cse.png

Les actus de la CFDT

  • #NousToutes La CFDT marche le 23 novembre !
    20 novembre 2019
  • Licenciement : Le salarié protégé doit être entendu seul par l’inspection du travail
    19 novembre 2019

    Lorsqu’un employeur envisage de licencier l’un de ses salariés protégés, il doit se tourner vers l’inspecteur du travail afin de solliciter la délivrance d’une autorisation. Une fois saisi d’une telle demande, l'inspecteur procédera à une enquête contradictoire. Dans ce cadre-là, il sera conduit à recevoir le salarié concerné… et seulement lui ! Aucun autre de ses collègues ne devra être auditionné en même temps. Et ce quelles que soitent les circonstances qui ont conduit à la demande d’autorisation de licencier. CE, 08.11.19, n° 412566.

  • Forfait jours : un contrôle toujours strict des garanties entoure le dispositif
    19 novembre 2019

    Toute convention de forfait en jours doit être prévue par un accord collectif dont les stipulations assurent la garantie du respect des durées raisonnables de travail et des plages minimales de repos.

    Tel n'est pas le cas d'un accord qui ne prévoit pas de suivi effectif et régulier des états récapitulatifs du temps travaillé permettant à l’employeur de remédier en temps utile à une charge de travail trop importante. C’est ce qu’a récemment jugé la Cour de cassation, qui poursuit doucement mais sûrement son contrôle sur l’encadrement collectif des forfaits jours. Cass.soc.06.11.19, n°18-19752.

  • Transaction : la renonciation à agir en justice ne s’impose pas toujours au salarié
    18 novembre 2019

    La renonciation du salarié à ses droits nés ou à naître et à toute action relative à l’exécution du contrat de travail ne rend pas irrecevable une demande sur des faits survenus pendant la période d’exécution du contrat de travail postérieure à la transaction et dont le fondement est né postérieurement à la transaction. C’est ce qu’a jugé récemment la Cour de cassation. Cass.soc.16.11.19, n°18-18287.