Complémentaire santé des enseignants adhérents

Depuis janvier 2017, nous proposons à chaque adhérent de la FEP CFDT Ain-Rhône, enseignant sous contrat, une complémentaire santé. C’est un contrat national que la Fédération a négocié avec Harmonie Mutuelle.

La Cfdt fonction publique (dont nous faisons partie) revendique pour tous les agents publics la mise en place d’une complémentaire santé (la « mutuelle »), comme c’est le cas pour les salariés du privé.

Dans l’attente de résultats sur ce plan, la FEP-CFDT a négocié un régime solidaire et responsable pour ses adhérents enseignants et leur famille, à compter du 1er janvier 2017. 

Le choix s’est porté sur une vraie Mutuelle partenaire de la CFDT, HARMONIE MUTUELLE avec qui la CFDT partage des valeurs de solidarité, de responsabilité. L'offre retenue propose 3 niveaux de garantie, en fonction des besoins des adhérents.

Ce régime est équilibré (pas d’augmentation en 2019), le contrat ne demande pasde questionnaire médical intrusif, il n’impose pas de délai de carence (période pendant laquelle vous ne pourriez pas entamer de soins coûteux comme le dentaire et l’optique par exemple).

Un courrier à tous les adhérents enseignants du Rhône a été envoyé au lancement de cette opération et nous éditons cette information, depuis, dans chacun de nos journaux.

Nous pouvons envoyer par mail : les tarifs (3 niveaux), les prestations, les modalités de résiliation de son ancien contrat, le document d’adhésion, les procédures.Nous traitons très vite tous les dossiers. L’adhésion doit passer nécessairement par la FEP CFDT Ain-Rhône garant du groupe d’assurés adhérents. Les documents sont envoyés par mail sur simple demande. Prenez contact avec nous.

(Article dans le bulletin de la FEP CFDT Ain-Rhône de novembre 2018)

La possibilité de travailler à temps partiel tout en percevant une partie de sa pension de retraite.

On continue de cotiser sur la partie de salaire perçu, on valide des trimestres, 4 par an.

Une façon d’obtenir les trimestres nécessaires, en levant le pieds….

Ex : une personne qui, en retraite progressive, travaille à 60% percevra en même temps 40% de sa pension de retraite. 

Le calcul de la pension est provisoire. Les droits seront recalculés lors du départ définitif en retraite, en tenant compte des cotisations versées et des trimestres validés pendant la période de retraite progressive.

C’est à se demander pourquoi beaucoup ignorent cette possibilité…

Pour qui ? 

Pour tous les salariés et les enseignants de droit public (établissements sous contrat)

Quelles sont les conditions ? 

  • Être âgé de 60 ans au moins
  • Avoir cotisé ou validé 150 trimestres
  • Exercer une seule activité à temps partiel (sauf activité bénévole). Cette restriction doit être assouplie en 2018.
  • Le temps travaillé doit être compris entre 40% et 80% pour tous les salariés. 

Mais Attention : pour conserver un contrat d’enseignement (et son corps, son grade…), un maître doit garder au moins un mi-temps.

La Fep CFDT revendique la possibilité de sur-cotiser (sur un temps plein), ce qui nous est actuellement refusé par le Ministère. En effet, si la retraite progressive est une façon d’alléger la charge de travail, de préparer sa retraite, de travailler « jusqu’au bout » …., ces 2-3 années ne seront pas les « 25 meilleures ». De plus, les cotisations au régime général et aux caisses de retraite complémentaire Arrco et Agirc seront plus faibles…On pourrait donc verser plus, comme cela se négocie dans certaines entreprises. En compensation, les trimestres entiers (4/an) s’ajouteront et éviteront la décote qui grève fortement les pensions. Les fameux 167 (168…) trimestres dorénavant nécessaires pour partir. 

Il est évidemment intéressant de faire évaluer sa retraite, pour pouvoir faire les bons choix de temps partiel, d’âge de début de retraite progressive et de départ définitif. Le revenu baisse un peu, il faut aussi l’évaluer. Il dépend de la carrière, des salaires perçus, toutes les retraites ne se ressemblent pas.….

Evaluer sa retraite ? La FEP CFDT Ain Rhône dispose d’une commission retraite qui est destinée aux adhérents. Cette commission étudie votre relevé de carrière, effectue des calculs et vous reçoit pour vous expliquer et vous conseiller. Prenez contact avec nous.

Faire sa demande pour les maîtres:

Pour pouvoir demander une retraite progressive, les maîtres actuellement à temps complet doivent demander un temps partiel autorisé.

Pour faire la demande de temps partiel autorisé, il faut veiller à la date limite fixée par chaque académie, en général courant janvier. En effet, du point de vue de l’emploi, il faut déclarer des heures susceptibles d’être vacantes, pour permettre aux commissions de l’emploi et au Rectorat de nommer des maîtres sur ces heures. 

Attention les services du Rectorat ignorent cette mesure qui ne s’applique pas aux fonctionnaires… Les réponses peuvent être fausses. Ils redisent par exemple que la retraite est à 62 ans… et c’est tout ! Et c’est faux !

Pour les salariés de droit privé :

A contrario des enseignants, les salariés de droit privé peuvent demander cette mesure à n’importe quel moment de l’année. 

Enfin, il faut, pour tous, demander un temps partiel ET demander une retraite progressive à la CARSAT, (un document à remplir est sur leur site) 

Newsletter du syndicat

Pour recevoir nos actualités, merci de renseigner les champs suivants.

appel cse.png

Les actus de la CFDT

  • #NousToutes La CFDT marche le 23 novembre !
    20 novembre 2019
  • Licenciement : Le salarié protégé doit être entendu seul par l’inspection du travail
    19 novembre 2019

    Lorsqu’un employeur envisage de licencier l’un de ses salariés protégés, il doit se tourner vers l’inspecteur du travail afin de solliciter la délivrance d’une autorisation. Une fois saisi d’une telle demande, l'inspecteur procédera à une enquête contradictoire. Dans ce cadre-là, il sera conduit à recevoir le salarié concerné… et seulement lui ! Aucun autre de ses collègues ne devra être auditionné en même temps. Et ce quelles que soitent les circonstances qui ont conduit à la demande d’autorisation de licencier. CE, 08.11.19, n° 412566.

  • Forfait jours : un contrôle toujours strict des garanties entoure le dispositif
    19 novembre 2019

    Toute convention de forfait en jours doit être prévue par un accord collectif dont les stipulations assurent la garantie du respect des durées raisonnables de travail et des plages minimales de repos.

    Tel n'est pas le cas d'un accord qui ne prévoit pas de suivi effectif et régulier des états récapitulatifs du temps travaillé permettant à l’employeur de remédier en temps utile à une charge de travail trop importante. C’est ce qu’a récemment jugé la Cour de cassation, qui poursuit doucement mais sûrement son contrôle sur l’encadrement collectif des forfaits jours. Cass.soc.06.11.19, n°18-19752.

  • Transaction : la renonciation à agir en justice ne s’impose pas toujours au salarié
    18 novembre 2019

    La renonciation du salarié à ses droits nés ou à naître et à toute action relative à l’exécution du contrat de travail ne rend pas irrecevable une demande sur des faits survenus pendant la période d’exécution du contrat de travail postérieure à la transaction et dont le fondement est né postérieurement à la transaction. C’est ce qu’a jugé récemment la Cour de cassation. Cass.soc.16.11.19, n°18-18287.