La retraite progressive : qu’est-ce que c’est ?

(Article dans le bulletin de la FEP CFDT Ain-Rhône de novembre 2018)

La possibilité de travailler à temps partiel tout en percevant une partie de sa pension de retraite.

On continue de cotiser sur la partie de salaire perçu, on valide des trimestres, 4 par an.

Une façon d’obtenir les trimestres nécessaires, en levant le pieds….

Ex : une personne qui, en retraite progressive, travaille à 60% percevra en même temps 40% de sa pension de retraite. 

Le calcul de la pension est provisoire. Les droits seront recalculés lors du départ définitif en retraite, en tenant compte des cotisations versées et des trimestres validés pendant la période de retraite progressive.

C’est à se demander pourquoi beaucoup ignorent cette possibilité…

Pour qui ? 

Pour tous les salariés et les enseignants de droit public (établissements sous contrat)

Quelles sont les conditions ? 

  • Être âgé de 60 ans au moins
  • Avoir cotisé ou validé 150 trimestres
  • Exercer une seule activité à temps partiel (sauf activité bénévole). Cette restriction doit être assouplie en 2018.
  • Le temps travaillé doit être compris entre 40% et 80% pour tous les salariés. 

Mais Attention : pour conserver un contrat d’enseignement (et son corps, son grade…), un maître doit garder au moins un mi-temps.

La Fep CFDT revendique la possibilité de sur-cotiser (sur un temps plein), ce qui nous est actuellement refusé par le Ministère. En effet, si la retraite progressive est une façon d’alléger la charge de travail, de préparer sa retraite, de travailler « jusqu’au bout » …., ces 2-3 années ne seront pas les « 25 meilleures ». De plus, les cotisations au régime général et aux caisses de retraite complémentaire Arrco et Agirc seront plus faibles…On pourrait donc verser plus, comme cela se négocie dans certaines entreprises. En compensation, les trimestres entiers (4/an) s’ajouteront et éviteront la décote qui grève fortement les pensions. Les fameux 167 (168…) trimestres dorénavant nécessaires pour partir. 

Il est évidemment intéressant de faire évaluer sa retraite, pour pouvoir faire les bons choix de temps partiel, d’âge de début de retraite progressive et de départ définitif. Le revenu baisse un peu, il faut aussi l’évaluer. Il dépend de la carrière, des salaires perçus, toutes les retraites ne se ressemblent pas.….

Evaluer sa retraite ? La FEP CFDT Ain Rhône dispose d’une commission retraite qui est destinée aux adhérents. Cette commission étudie votre relevé de carrière, effectue des calculs et vous reçoit pour vous expliquer et vous conseiller. Prenez contact avec nous.

Faire sa demande pour les maîtres:

Pour pouvoir demander une retraite progressive, les maîtres actuellement à temps complet doivent demander un temps partiel autorisé.

Pour faire la demande de temps partiel autorisé, il faut veiller à la date limite fixée par chaque académie, en général courant janvier. En effet, du point de vue de l’emploi, il faut déclarer des heures susceptibles d’être vacantes, pour permettre aux commissions de l’emploi et au Rectorat de nommer des maîtres sur ces heures. 

Attention les services du Rectorat ignorent cette mesure qui ne s’applique pas aux fonctionnaires… Les réponses peuvent être fausses. Ils redisent par exemple que la retraite est à 62 ans… et c’est tout ! Et c’est faux !

Pour les salariés de droit privé :

A contrario des enseignants, les salariés de droit privé peuvent demander cette mesure à n’importe quel moment de l’année. 

Enfin, il faut, pour tous, demander un temps partiel ET demander une retraite progressive à la CARSAT, (un document à remplir est sur leur site) 

Newsletter du syndicat

Pour recevoir nos actualités, merci de renseigner les champs suivants.

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

bandeau congres

appel cse.png

Les actus de la CFDT

  • Communiqué de presse intersyndical : Accueillir et soutenir les syndicalistes afghans en exil
    24 mai 2022

    Le 15 août 2021, avec la chute de Kaboul, les Talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. 

  • CDD : les limites à la suppression du délai de carence
    23 mai 2022

    Le Code du travail autorise les accords de branche étendus à prévoir les cas où le délai de carence entre deux CDD n’est pas applicable. Il autorise ainsi également à compléter ou adapter la liste des exceptions légales.

    Interprétant strictement cette faculté, le Conseil d’Etat affirme qu’un accord de branche ne peut se contenter de prévoir « qu’aucun délai de carence n’est appliqué dans tous les cas de succession de CDD » et annule sur ce point l’arrêté d’extension de la convention collective nationale de Pôle emploi.

    CE, 27.0422, n° 440521. 

  • [Entretien] "La réforme des retraites, ce n'est pas l'urgence du moment. L'urgence, c'est le pouvoir d'achat. Il faut revaloriser les salaires."
    23 mai 2022

    Laurent Berger était l'invité de LCI lundi 23 mai. Il a rappelé l'urgence en cette période de forte inflation d'agir sur le pouvoir d'achat. Il a appelé les employeurs et l'Etat employeur à revaloriser les salaires. Pour ce faire, il rappelle que l'Etat a un levier d'action avec la conditionnalité des aides publiques. Il a également préconisé des aides pour les ménages les plus modestes, via le chèque alimentaire, l'aide au logement plus forte et un encadrement des loyers. Questionné sur la situation de l'hôpital public, il a fait part de sa grande inquiétude pour cet été, alors que la CFDT alerte les pouvoirs publics depuis de nombreuses années sur le manque de personnel, les conditions de travail des soignants. Emission à voir ci-après.

  • [Entretien] "Il faut augmenter les salaires, en particulier les bas salaires, toutes les grilles qui sont en-dessous du SMIC."
    20 mai 2022

    Laurent Berger était l'invité de RMC / BFM TV jeudi 18 mai. Interrogé sur le pouvoir d'achat, première préoccupation des Français en cette période d'inflation, il a appelé les employeurs et l'Etat employeur à revaloriser les salaires y comrpis dans les fonctions publiques. Il a également préconisé des aides pour les ménages les plus modestes, dont ceux contraints d'utiliser leur véhicule pour aller au travail. Il a enfin rappelé l'opposition de la CFDT à un report de l'âge légal de la retraite à 65 ans. Emission à voir ci-après.