Pouvoir d'achat : demandez la prime !

Si vous êtes personnel de droit privé (OGEC ou autre), nous vous engageons à demander pour les personnels salariés de votre établissement l'accord "d'une prime exceptionnelle Macron", défiscalisée. Plusieurs établissements privés du département ont accordé déjà cette prime ou vont le faire.
Il faut en faire la demande avant le 31 mars 2019 !

Si vous êtes enseignants, rapprochez-vous de vos collègues de droit privé, des élus DP, des élus du CE ou du CSE, du DS... pour demander cette prime avant le 31 mars 2019.

Pour information : à la demande des élus CFDT, plusieurs établissements privés lyonnais (Centre Saint-Marc, Centre Notre-Dame de Mongré, SEPR, et d'autres...) ont attribué une prime de 200 euros aux salariés éligibles.

Newsletter du syndicat

Pour recevoir nos actualités, merci de renseigner les champs suivants.

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

appel cse.png

Les actus de la CFDT

  • Airbus, les retentissements d'un plan social cataclysmique
    3 juillet 2020

    Airbus vient d'annoncer le plus gros plan social de son histoire. Dans les territoires comme pour toute la chaîne de sous-traitance, les répercussions sont énormes. Les syndicats, comme les salariés, sont inquiets.

  • Nokia : Des salariés écœurés, mais qui restent combatifs
    3 juillet 2020

    Quatre ans après avoir racheté Alcatel-Lucent, Nokia annonce des coupes sévères dans la recherche et le développement en France ; 1 233 postes sont sur la sellette. La CFDT rejette ce plan et tente de mobiliser les pouvoirs publics pour contraindre la multinationale à revoir sa copie.

  • Négociation santé au travail : en attendant les propositions du patronat
    2 juillet 2020

    Dans le calendrier des partenaires sociaux, cette deuxième séance du 23 juin était consacrée à la prévention, grande absente de l’actuel système, qui est plutôt axé sur la réparation.

  • Les allocations chômage revalorisées de seulement 0,4%
    1 juillet 2020

    La nouvelle est tombée à l’issue du conseil d’administration de l’Unedic réuni le 30 juin. Après déjà deux années de faible augmentation, la revalorisation des allocations chômage qui concerne près de 3 millions de personnes, s’établit à 0,4% au 1er juillet