La retraite progressive : qu’est-ce que c’est ?

(Article dans le bulletin de la FEP CFDT Ain-Rhône de novembre 2018)

La possibilité de travailler à temps partiel tout en percevant une partie de sa pension de retraite.

On continue de cotiser sur la partie de salaire perçu, on valide des trimestres, 4 par an.

Une façon d’obtenir les trimestres nécessaires, en levant le pieds….

Ex : une personne qui, en retraite progressive, travaille à 60% percevra en même temps 40% de sa pension de retraite. 

Le calcul de la pension est provisoire. Les droits seront recalculés lors du départ définitif en retraite, en tenant compte des cotisations versées et des trimestres validés pendant la période de retraite progressive.

C’est à se demander pourquoi beaucoup ignorent cette possibilité…

Pour qui ? 

Pour tous les salariés et les enseignants de droit public (établissements sous contrat)

Quelles sont les conditions ? 

  • Être âgé de 60 ans au moins
  • Avoir cotisé ou validé 150 trimestres
  • Exercer une seule activité à temps partiel (sauf activité bénévole). Cette restriction doit être assouplie en 2018.
  • Le temps travaillé doit être compris entre 40% et 80% pour tous les salariés. 

Mais Attention : pour conserver un contrat d’enseignement (et son corps, son grade…), un maître doit garder au moins un mi-temps.

La Fep CFDT revendique la possibilité de sur-cotiser (sur un temps plein), ce qui nous est actuellement refusé par le Ministère. En effet, si la retraite progressive est une façon d’alléger la charge de travail, de préparer sa retraite, de travailler « jusqu’au bout » …., ces 2-3 années ne seront pas les « 25 meilleures ». De plus, les cotisations au régime général et aux caisses de retraite complémentaire Arrco et Agirc seront plus faibles…On pourrait donc verser plus, comme cela se négocie dans certaines entreprises. En compensation, les trimestres entiers (4/an) s’ajouteront et éviteront la décote qui grève fortement les pensions. Les fameux 167 (168…) trimestres dorénavant nécessaires pour partir. 

Il est évidemment intéressant de faire évaluer sa retraite, pour pouvoir faire les bons choix de temps partiel, d’âge de début de retraite progressive et de départ définitif. Le revenu baisse un peu, il faut aussi l’évaluer. Il dépend de la carrière, des salaires perçus, toutes les retraites ne se ressemblent pas.….

Evaluer sa retraite ? La FEP CFDT Ain Rhône dispose d’une commission retraite qui est destinée aux adhérents. Cette commission étudie votre relevé de carrière, effectue des calculs et vous reçoit pour vous expliquer et vous conseiller. Prenez contact avec nous.

Faire sa demande pour les maîtres:

Pour pouvoir demander une retraite progressive, les maîtres actuellement à temps complet doivent demander un temps partiel autorisé.

Pour faire la demande de temps partiel autorisé, il faut veiller à la date limite fixée par chaque académie, en général courant janvier. En effet, du point de vue de l’emploi, il faut déclarer des heures susceptibles d’être vacantes, pour permettre aux commissions de l’emploi et au Rectorat de nommer des maîtres sur ces heures. 

Attention les services du Rectorat ignorent cette mesure qui ne s’applique pas aux fonctionnaires… Les réponses peuvent être fausses. Ils redisent par exemple que la retraite est à 62 ans… et c’est tout ! Et c’est faux !

Pour les salariés de droit privé :

A contrario des enseignants, les salariés de droit privé peuvent demander cette mesure à n’importe quel moment de l’année. 

Enfin, il faut, pour tous, demander un temps partiel ET demander une retraite progressive à la CARSAT, (un document à remplir est sur leur site) 

Newsletter du syndicat

Pour recevoir nos actualités, merci de renseigner les champs suivants.

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

bandeau congres

appel cse.png

Les actus de la CFDT

  • [Entretien] "Dans beaucoup de secteurs, il y a eu de la richesse créée. Il faut la répartir et augmenter les salaires."
    27 janvier 2022

    Laurent Berger était l'invité d'Europe1 jeudi 27 janvier. Il a rappelé que la baisse du chômage était le fruit d'un travail conjoint des organisations syndicales et patronales avec le gouvernement depuis le début de la crise sanitaire. Il reste dependant à ce jour 5 millions de demandeurs d'emploi à accompagner. Concernant le pouvoir d'achat des travailleurs, il a évoqué les revendications de la CFDT : augmenter les salaires, en particulier pour les travailleurs essentiels,et aider avec des mesures plus ciblées les ménages les plus modestes qui subissent plus durement l'inflation et la hausse des prix de l'énergie. Emission revoir ci-après.

  • [ENTRETIEN] "L'harmonisation des droits sociaux en Europe permettra d'avoir moins recours au dumping social."
    26 janvier 2022

    Laurent Berger était l'invité de Jean-Pierre Gratien sur LCP mardi  25 janvier, dans l'émission "Débat Doc - Dumping social : l'Europe de la discorde." En tant que secrétaire général de la CFDT et président de la CES (Confédération Européenne des Syndicats), il a réagi au documentaire précédant l'interview, dédié aux conditions de travail des routiers européens et extra-européens, en situation de travail détaché.Il a rappelé, grâce à cet exemple, l'importance de l'action de la CES pour une harmonisation des droits sociaux en Europe :  en faveur de la mise en place salaire minimum, de l'égalité salariale entre femmes et hommes, le devoir de vigilance etc. Emission à revoir ici, interview à partir de 1'03'00. 

  • [ENTRETIEN] "Dans de nombreuses branches professionnelles, on entre smicard, on finit smicard. C'est insupportable."
    26 janvier 2022

    Laurent Berger était l'invité de Julien Sellier sur RTL mardi 25 janvier. Interrogé sur la maltraitance subie par les personnes âgées dans les EHPAD Orpéa, il a condamné fermement ces méthodes et a demandé qu'une enquête soit faite. Il a également rappelé les revendications de la CFDT pour améliorer le pouvoir d'achat des travailleurs : augmenter les salaires, en particulier pour les travailleurs essentiels, et aider les ménages les plus modestes qui subissent plus durement l'inflation et la hausse des prix de l'énergie. Emission revoir ci-après ou à écouter ici.

  • Discrimination syndicale : un employeur sanctionné pour avoir empêché une distribution de tracts syndicaux
    26 janvier 2022

    Dans un arrêt du 5 janvier 2022, la chambre sociale de la Cour de cassation qualifie de discriminatoire le comportement d’un employeur envers un syndicat qui distribuait des tracts dans l’entreprise

    (Cass.soc., 05.01.2022, n° 20-15.005).