Plan social à l'Alliance Française : 80% du personnel menacé de licenciements

Plan social à l'Alliance Française : 80% du personnel menacé de licenciements

 

L’Alliance Française de Lyon, un organisme de renommée internationale formant des étudiant·e·s étranger·e·s à la langue française, compte à ce jour 35 salarié·e·s.

Suite à la pandémie de la COVID-19, l’établissement a connu un ralentissement brutal de son activité qui a provoqué des difficultés financières. Sa Direction a décidé de mener à terme un plan de licenciement collectif touchant 27 salarié·e·s, c’est-à-dire près de 80% de l’effectif, comprenant l’ensemble de ses enseignant·e·s.

La nouvelle a été reçue comme un choc pour les salarié·e·s qui subissent depuis plusieurs mois le chômage partiel et l’angoisse de ne pas reprendre leur activité sereinement.

Les salarié·e·s, accompagné·e·s par le SEPR CFDT, mènent une grande mobilisation (plus de 70 personnes) depuis deux jours à laquelle se sont joint·e·s les étudiant·e·s. Ils comptent sur de nombreux soutiens pour éviter de voir la structure, dans laquelle ils se sont beaucoup investis, sombrer jusqu’à sa fermeture ou de développer l'ubérisation de son personnel.

Ce mardi en fin de soirée, la Direction a suspendu momentanément son projet de licenciements collectifs. Pour apporter votre soutien, vous pouvez signer cette pétition.

Revue de presse en date du 6 juillet 2020 

LUNDI 6 JUILLET

DIMANCHE 5 JUILLET

VENDREDI 3 JUILLET

MERCREDI 24 JUIN

Newsletter du syndicat

Pour recevoir nos actualités, merci de renseigner les champs suivants.

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

bandeau congres

appel cse.png

Les actus de la CFDT

  • [Entretien] "Dans beaucoup de secteurs, il y a eu de la richesse créée. Il faut la répartir et augmenter les salaires."
    27 janvier 2022

    Laurent Berger était l'invité d'Europe1 jeudi 27 janvier. Il a rappelé que la baisse du chômage était le fruit d'un travail conjoint des organisations syndicales et patronales avec le gouvernement depuis le début de la crise sanitaire. Il reste dependant à ce jour 5 millions de demandeurs d'emploi à accompagner. Concernant le pouvoir d'achat des travailleurs, il a évoqué les revendications de la CFDT : augmenter les salaires, en particulier pour les travailleurs essentiels,et aider avec des mesures plus ciblées les ménages les plus modestes qui subissent plus durement l'inflation et la hausse des prix de l'énergie. Emission revoir ci-après.

  • [ENTRETIEN] "L'harmonisation des droits sociaux en Europe permettra d'avoir moins recours au dumping social."
    26 janvier 2022

    Laurent Berger était l'invité de Jean-Pierre Gratien sur LCP mardi  25 janvier, dans l'émission "Débat Doc - Dumping social : l'Europe de la discorde." En tant que secrétaire général de la CFDT et président de la CES (Confédération Européenne des Syndicats), il a réagi au documentaire précédant l'interview, dédié aux conditions de travail des routiers européens et extra-européens, en situation de travail détaché.Il a rappelé, grâce à cet exemple, l'importance de l'action de la CES pour une harmonisation des droits sociaux en Europe :  en faveur de la mise en place salaire minimum, de l'égalité salariale entre femmes et hommes, le devoir de vigilance etc. Emission à revoir ici, interview à partir de 1'03'00. 

  • [ENTRETIEN] "Dans de nombreuses branches professionnelles, on entre smicard, on finit smicard. C'est insupportable."
    26 janvier 2022

    Laurent Berger était l'invité de Julien Sellier sur RTL mardi 25 janvier. Interrogé sur la maltraitance subie par les personnes âgées dans les EHPAD Orpéa, il a condamné fermement ces méthodes et a demandé qu'une enquête soit faite. Il a également rappelé les revendications de la CFDT pour améliorer le pouvoir d'achat des travailleurs : augmenter les salaires, en particulier pour les travailleurs essentiels, et aider les ménages les plus modestes qui subissent plus durement l'inflation et la hausse des prix de l'énergie. Emission revoir ci-après ou à écouter ici.

  • Discrimination syndicale : un employeur sanctionné pour avoir empêché une distribution de tracts syndicaux
    26 janvier 2022

    Dans un arrêt du 5 janvier 2022, la chambre sociale de la Cour de cassation qualifie de discriminatoire le comportement d’un employeur envers un syndicat qui distribuait des tracts dans l’entreprise

    (Cass.soc., 05.01.2022, n° 20-15.005).