Bonne rentrée 2019 !

Pour bien commencer cette nouvelle année scolaire, voici quelques informations syndicales :

  1. Après une période du Baccalauréat cahotique, le Ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, ne semble pas varier d’un iota sa politique :
    • Les réformes bâclées des lycées général, technologique et professionnel vont s’appliquer dès la rentrée.
    • En collège et lycée, les directions pourront imposer « deux heures sup’ » à chaque professeur.
    • Pour tous les maîtres de droit public, le point de Rémunération est toujours bloqué, le jour de carence pour maladie est toujours effectif, le PPCR (Parcours Professionnel, Carrières et Rémunérations) est toujours appliqué a minima.
  2. Nous proposons, à tous les élu·e·s CSE ou futur·e·s élu·e·s CSE, une formation sur Lyon pour maîtriser les contours du mandat d’élu au CSE, les 10 et 11 Octobre 2019. Pour plus d'informations, cliquez ici.
  3. Mouvement de l’emploi des maîtres du secondaire :
    • Un mouvement de l’emploi qui s’est globalement bien passé. Environ 500 nominations sur l’Académie au final, dont 70 % sur le département du Rhône.
    • L’essentiel des chefs d’établissement du Rhône, et les autorités rectorales et diocésaines, ont montré de la bonne volonté, et ont bien respecté les règles (nous nous y sommes employés).
    • Il reste cependant quelques directeurs qui ne jouent pas le jeu, qui mettent ainsi en difficulté des collègues, et nous forcent à jouer le rapport de forces.
    • Quelques inquiétudes : en Lettres Modernes, comme en Eps, le nombre de candidats est très important par rapport aux nombre de postes. Et cela ne va pas en s’arrangeant. Nous aurons à l’avenir de plus en plus de mal à trouver des places pour tou·te·s sur l’Académie !
  4. Hors Contrat : l’accord de rémunération dans la convention EPI (Enseignement Privé Indépendant) entre en vigueur au 1er septembre. Rappelons que grâce à la Fep-CFDT, cela permettra notamment une amélioration de salaire de 2,5 % pour les indices les plus bas du secteur !

Nous souhaitons à toutes et tous une excellente rentrée 2019.

Le bureau du syndicat CFDT de la Formation
et de l'Enseignement Privé du Rhône et de l’Ain

Newsletter du syndicat

Pour recevoir nos actualités, merci de renseigner les champs suivants.

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

appel cse.png

Les actus de la CFDT

  • [Entretien] "On continue de dire que l'âge d'équilibre, dans un système de retraite par points, ça ne fait pas sens."
    22 janvier 2020

    Laurent Berger était en direct de LCP/Public Sénat lundi 20 janvier, invité d'Audition publique. Il a abordé la notion de l'âge d'équilibre, prévu dans la lettre du Premier Ministre, qui concernerait le futur système de retraites, la question de la reconnaissance de la pénibilité, de l'égalité femmes/hommes, des pensions de réversion, du minimum contributif... 

  • [Entretien] "Ce nouveau système de retraites suscite beaucoup d'interrogations : il est temps d'apporter des clarifications"
    22 janvier 2020

    Laurent Berger était l'invité de Ruth Elkrief, sur BFM TV, jeudi 16 janvier. Il a abordé l'âge pivot qui aurait été appliqué dès 2022 et a été supprimé du projet de loi. Il a également évoqué des pistes de réflexion pour assurer l'équilibre du système de retraites ainsi que les points à encore améliorer.

  • Le Code du travail numérique : quelle valeur de l’information ?
    22 janvier 2020

    « Pour faire valoir ses droits ou respecter ses obligations encore faut-il les connaître » explique la ministre du travail lors du lancement du code du travail numérique (CTN) ce jeudi 16 janvier. Car c’est bien pour rendre le droit du travail plus accessible aux salariés et aux employeurs que le CTN tente de leur apporter des réponses les plus personnalisées possibles, et qui seront de surcroît, opposables. Quelle est cependant la véritable valeur des informations obtenues via le Code du travail numérique ?

  • Accords de compétitivité : comment comparer accords de groupe et d’entreprise ?
    22 janvier 2020

    Comment comparer des accords de compétitivité signés au niveau du groupe avec des accords d’entreprise ? Saisie de cette question à propos d’accords signés par plusieurs syndicats au sein du groupe Renault, la Cour de cassation a réaffirmé la méthode classique d’appréciation globale pour déterminer quel accord doit être considéré comme plus favorable et s’appliquer. Au final, elle a donné raison aux signataires (dont la CFDT) qui se prévalaient de l’application de l’accord de groupe ! Cass.soc.8.01.20, n°18-17708.