Maîtres Délégués du secondaire : un vrai progrès, une victoire pour la CFDT

Depuis des années, la Cfdt de l’enseignement privé sous contrat, revendique un traitement décent des Maîtres Délégués (MD, DA, MA). Une première avancée significative vient d’être obtenue :

Tous les MA2 du secondaire pouvant justifier d’un Bac + 3 viennent d’obtenir un reclassement en MA1 au 1er septembre 2018 !

C’est une amélioration sensible de leur situation financière : entre +8 % et +13 % de salaire selon les différents échelons.

Les actions Cfdt , comme la pétition « Paul Emploi », le « Livre noir des maîtres délégués » publié début 2018, les interventions en CCMA et en Comité Ministériel, les campagnes d’affiches/tracts sur le « sort indigne des maîtres Délégués »... tout cela aura été utile !
Grâce à votre soutien, grâce à votre vote, vous donnez les moyens à la Cfdt d’œuvrer pour le progrès social. Dans le cas des maîtres délégués, vous nous avez donné les moyens de lutter contre la précarité, et d’obtenir plus de justice sociale dans notre secteur.

Newsletter du syndicat

Pour recevoir nos actualités, merci de renseigner les champs suivants.

appel cse.png

Les actus de la CFDT

  • #NousToutes La CFDT marche le 23 novembre !
    20 novembre 2019
  • Licenciement : Le salarié protégé doit être entendu seul par l’inspection du travail
    19 novembre 2019

    Lorsqu’un employeur envisage de licencier l’un de ses salariés protégés, il doit se tourner vers l’inspecteur du travail afin de solliciter la délivrance d’une autorisation. Une fois saisi d’une telle demande, l'inspecteur procédera à une enquête contradictoire. Dans ce cadre-là, il sera conduit à recevoir le salarié concerné… et seulement lui ! Aucun autre de ses collègues ne devra être auditionné en même temps. Et ce quelles que soitent les circonstances qui ont conduit à la demande d’autorisation de licencier. CE, 08.11.19, n° 412566.

  • Forfait jours : un contrôle toujours strict des garanties entoure le dispositif
    19 novembre 2019

    Toute convention de forfait en jours doit être prévue par un accord collectif dont les stipulations assurent la garantie du respect des durées raisonnables de travail et des plages minimales de repos.

    Tel n'est pas le cas d'un accord qui ne prévoit pas de suivi effectif et régulier des états récapitulatifs du temps travaillé permettant à l’employeur de remédier en temps utile à une charge de travail trop importante. C’est ce qu’a récemment jugé la Cour de cassation, qui poursuit doucement mais sûrement son contrôle sur l’encadrement collectif des forfaits jours. Cass.soc.06.11.19, n°18-19752.

  • Transaction : la renonciation à agir en justice ne s’impose pas toujours au salarié
    18 novembre 2019

    La renonciation du salarié à ses droits nés ou à naître et à toute action relative à l’exécution du contrat de travail ne rend pas irrecevable une demande sur des faits survenus pendant la période d’exécution du contrat de travail postérieure à la transaction et dont le fondement est né postérieurement à la transaction. C’est ce qu’a jugé récemment la Cour de cassation. Cass.soc.16.11.19, n°18-18287.